Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog Catholique
  • Blog Catholique
  • : Bienvenue a vous sur ce blog dédié la foi Catholique, dans le respect des traditions de l'Eglise et de sa Sainte doctrine
  • Contact

22360192 m
-Mass Location + Centres de Messes : ICI

  -Prières quotidienne du Chrétien:  ICI 

-Lire la Bible: 
Ancien testament ICI
Nouveau testament
: ICI 

-Catéchismes de l'Eglise Catholique: ICI
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 15:14
        

 Seigneur Jésus, je suis un pauvre pécheur. Tous les matins, c’est avec beaucoup de vérité que l’Église met sur mes lèvres cette parole : « Mon Dieu, je vous offre cette hostie pour mes offenses et mes négligences innombrables ».
Combien elle a raison !
Si je n’étais qu’une simple créature, je ne serais pas grand chose, je serais devant vous l’équivalent d’un zéro, le néant en face de l’Être, celui qui n’est pas en face de Celui qui est, le zéro en face de l’infini...
          Du moins, je ne serais pas votre ennemi.
          Mais, là ne s’arrête pas ma pauvreté ; à cette pauvreté immense, mais indépendante de ma volonté, j’ai ajouté moi-même la malice, et une misère incroyable, une déchéance qu’aucun mot ne peut traduire.
          Car je suis un pécheur. Ce mot de « pécheur », Seigneur, a fait trembler d’eux la première fois que
vos anges le sont devenus... Et faut-il que le péché soit votre ennemi, Seigneur mon Dieu, pour avoir
provoqué de votre main qui avait créé par amour, cette terrible réplique qu’est l’enfer éternel !
          Par le péché, je me suis abaissé au-dessous du zéro, je me suis rangé dans le négatif, et je suis devenu votre adversaire et votre bourreau, moi que vous aviez créé parce que vous m’aimiez.
          Et c’est l’abîme de cette déchéance, Seigneur Jésus, que vous êtes venu rejoindre par le mystère de votre sainte Incarnation... C’est cette misère que vous êtes venu guérir par le mystère de votre Rédemption... C’est cette malice que vous êtes venu me pardonner du haut de votre sainte croix.
          Quand je m’arrête à cette pensée, ô mon Jésus, la dimension de votre amour miséricordieux m’écrase et me confond, en même temps qu’elle m’exalte pour me précipiter à vos genoux.
          Si je n’étais que le néant de la créature, je ne mériterais pas que vous vous intéressiez à moi,... mais je ne mériterais pas non plus, du moins, que votre justice me punisse.
          Mais je suis pécheur ! Par mon péché, je vous ai fait la plus insolente injure qu’on puisse vous faire, celle de remplacer votre volonté par la mienne, votre honneur par mon orgueil... votre majesté par mon néant... votre sagesse par ma stupide raison... et votre amour par mon ingratitude.
 Je mérite votre colère et l’enfer éternel, que vous avez créé pour punir les pécheurs.
          Et si encore je ne vous avais offensé qu’une fois, et que je me sois converti ensuite !... Mais hélas !
pour mon grand malheur !
          Ce que les anges ont fait une seule fois,... ce que tant de saintes âmes ont fait une fois et arrosé
ensuite de leurs larmes,... moi je l’ai fait un nombre incalculable de fois, et je n’ai ensuite jamais pleuré comme il faudrait mes égarements.
          L’œuvre de vos mains a été profanée par les miennes, et l’image de votre esprit a été en moi violée par ma volonté rebelle.
Mon péché est grand comme l’océan, il a pris une dimension éternelle, en touchant
sacrilègement aux lois que votre sagesse éternelle avait posées et pensées éternellement.
          De plus, Seigneur, je n’ai pas su pleurer mes péchés...
 Je suis semblable un enfant étourdi qui a multiplié les bêtises, et qui continue à rire comme si rien ne s’était passé ! et c’est ce qui me rend encore plus indigne de votre pardon.
          Je devrais être l’enfant prodigue confus et accablé par la honte, s’acheminant, confiant, maisdouloureux, vers la maison de son père.
          Je sais qu’il ne peut pas être question de mettre une limite quelconque à votre amour pour moi, ni
à votre pardon. Je sais que, même en étant tout à la fois. Judas, Caïphe, Hérode, Pilate, Pierre, Marie- Madeleine et le larron, et en accumulant dans ma vie tous les crimes de la terre et de l’histoire,... je ne pourrais mettre en échec la puissance purificatrice de votre Passion.
          Mais je sais aussi que le mauvais larron s’est distingué de l’autre parce qu’il n’a pas eu l’humilité de se reconnaître pécheur,... et que le ciel lui est passé à côté, non par le défaut de votre Rédemption, mais par le défaut de son repentir.
          Jésus, envahissez mon cœur d’une douleur réelle... et faites-moi pleurer sur mes péchés des larmes
inconsolables et intarissables jusqu’à la fin de mes jours.
         Enfin, ô mon Seigneur Jésus, j’ai encore une autre grâce à vous demander... Je m’arrête quelques secondes devant votre croix, afin de donner plus de force à ma prière...
         Vous connaissez, vous, les racines de mon péché. Allez à ces racines, je vous en supplie, et opérez, comme vous savez et pouvez le faire, le défrichement nécessaire. Je ne me sauverai que si vous faites en moi des miracles ; mais vous pouvez les faire,... vous en avez fait tant d’autres.
         Ces miracles que je vous demande, c’est de changer mon cœur, d’y éteindre le feu des passions, d’y arracher les mauvaises habitudes, d’y cautériser toutes les sources de venin,... d’y opérer une transfusion complète et d’y remplacer par quelque chose de vous-même toutes les molécules viciées,... afin que le nouvel être qui surgira de cette miraculeuse intervention de votre grâce n’aime plus que vous, et tout ce que vous aimez vous-même.
         J’implore cette faveur, Seigneur Jésus, à genoux au pied de votre croix, où vous avez donné pour moi la preuve d’un amour qui ne peut ni se dire, ni se comprendre.
         Et je supplie votre très sainte Mère, que vous m’avez donnée au pied de cette même croix, en nous arrosant tous deux de votre sang rédempteur,... cette Mère dont la tendresse et la délicatesse me sont au cœur plus consolantes que toutes les douceurs de la terre, je la supplie de m’obtenir de vous l’application surabondante de vos mérites, et la réconciliation totale dans votre amour miséricordieux.
        
Amen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tonino - dans Prières
commenter cet article

commentaires