Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Blog Catholique
  • Blog Catholique
  • : Bienvenue a vous sur ce blog dédié la foi Catholique, dans le respect des traditions de l'Eglise et de sa Sainte doctrine
  • Contact

22360192 m
-Mass Location + Centres de Messes : ICI

  -Prières quotidienne du Chrétien:  ICI 

-Lire la Bible: 
Ancien testament ICI
Nouveau testament
: ICI 

-Catéchismes de l'Eglise Catholique: ICI
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 22:23
VATICAN II EST UN CONCILE ANTI-CATHOLIQUE DONC INVALIDE



Vatican II est le triomphe d’un courant hérétique, ap­pelé « catholiques libéraux » (XIXe siècle), puis « modernistes » (XXe siècle). (Le modernisme et le libéralisme sont des hérésies condamnées par de nombreux  papes).  Les enseignements de Vatican II sont contraires à la foi.
Quiconque y adhère se sépare de l’Église Catholique.


    On peut établir le raisonnement suivant:

§ l. Un concile général est infaillible (Vatican 1: Dei Filius, ch. 3), à condition qu’il soit confirmé par le pontife romain (Codex iuris canon ici de 1917, canon 227) [lire : Une centaine de conciabules].

§ 2. Or Vatican II fut un concile général. Mais il se trompa.

§ 3. Donc l’homme qui confirma Vatican II ne fut pas un pontife romain.

  

Ainsi donc, Montini n’était pas pape et Vatican II n’était pas un « concile », mais un « conciliabule », c’est-à-dire une as­semblée hérétique dont les actes sont frappés de nullité.

* **

    Un concile avec le pape est à l’abri de l’erreur. Si Vati­can II se trompa, cela prouve que Montini n’était pas pape. Ce rai­sonnement très simple et clair devrait suffire.

Certains penseurs essaient pourtant d’éviter la conclu­sion de ce raisonnement (qui prouve que Montini est un imposteur). Ils procèdent ainsi :


§ 1. Ils contestent le dogme de l’infaillibilité des conciles généraux (ils imitent ainsi Martin Luther) > HERESIE

§ 2. Ils disent, de plus, que Vatican II n’aurait pas en­gagé son infaillibilité. Selon eux, cette assemblée aurait eu « un ca­ractère pastoral, mais non dogmatique ». Par conséquent, il n’y aurait eu aucune décision infaillible.

§ 3. Leur conclusion: comme Vatican II n’aurait pas engagé son infaillibilité, on ne pourrait pas prouver que Montini n’était pas pape. Donc il serait pape.

 

 

ARGUMENTS :  

Partager cet article

Repost 0
Published by Tonino - dans Sédévacantisme
commenter cet article

commentaires